"http://www.noelshack.com/up/aac/logo-641dc39c59.png"
Hidden World Index du Forum
Hidden World
Un nouveau monde où se cache action, frisson et aventure pour les meilleurs aventuriers ! Tentez l'expérience !
 
Hidden World Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Faim ::
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hidden World Index du Forum -> Le RP -> Europe
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Henry Vershicken
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2010
Messages: 36
Moyenne de points: 1,75
Point(s): 63

MessagePosté le: Sam 9 Oct - 11:05 (2010)    Sujet du message: Faim Répondre en citant

Il faisait nuit, il pleuvait. Henry avançait lentement dans les ruelles, son parapluie noir tendu au dessus de sa tête et les gouttes de pluie s'abattant sur la toile sombre. Ses lunettes étaient couvertes de gouttelettes mais il s'en moquait. Il avait mal. Par moments, Henry était plié en deux sous la douleur tandis qu'Il se manifestait à lui, tandis qu'Il lui faisait comprendre qu'il voulait sortir. mais Henry ne pouvait pas le laisser s'échapper de cette façon. Il avait déjà commit un meurtre, quelques jours à peine auparavant, et s'ils recommençaient aujourd'hui également, les gens commenceraient à se poser des questions, les flics en particulier et Henry pourrait être inquiété. Et il détestait tout ce qui était de nature à l'inquiéter. Il était d'un naturel calme, posé, réfléchi. Aussi, comme chaque fois, allait-il calmer Son appétit meurtrier avec quelque sans abris que personne ne regretterait ou même ne remarquerait. Henry se plia de douleur une nouvelle fois.
J'ai Faim!!! laisse moi sortir.
- Oui, murmura Henry dans un souffle, attends encore un peu, ça va venir.
Lorsque la douleur s'arrêta, il se redressa tout en remettant convenablement ses lunettes sur son nez. Heureusement, personne ne l'avait vu car personne ne traînait dans les rues à cette heure et par ce temps. Si quelqu'un l'avait vu, il se serait inquiété, l'aurait remarqué et aurait noté mentalement son visage. Oh! Pas qu'il courût beaucoup de risque avec le meurtre de ce soir, mais il voulait être tout à fait sûr de ne pas être inquiété. Une addition de résultats dérisoires peut souvent amener à un résultat important. Et Henry ne le souhaitait pas. Enfin, il vit un sans abris, emmitouflé dans son manteau, au milieu des cartons humides, la tête baissée, protégé de la pluie uniquement par sa casquette ''I Love London'' plutôt défraichie. Henry se campa devant lui et, au bout d'un moment, lui fit remarquer:
- Il fait froid, n'est-ce pas? Ce n'est pas un temps à rester dehors.
  
_________________
"Non, rien à voir. Je n'ai rien à voir avec toi. Et je refuse de discuter avec toi parce que je ne te ressemble pas, que je ne te ressemblerais jamais."
Et, ayant dit ces mots, Henry écrasa le coussin sur le visage de Marcel et l'étouffa


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 9 Oct - 11:05 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Q-zinzin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Oct 2010
Messages: 42
Moyenne de points: 1,71
Point(s): 72

MessagePosté le: Sam 9 Oct - 12:48 (2010)    Sujet du message: Faim Répondre en citant

Le sans-abri reste perplexe, mais malgré tout assez joyeux de voir que quelqu'un s'adresse à lui. Il vous répond:
"Vous êtes un marrant, vous ! Le froid et la pluie sont ma seule famille et ces cartons sont mon seul abri ! Ah, croyez-moi, il y a des soirs comme ceux-là où j'aimerais ne plus être de ce bas-monde !"


Revenir en haut
Henry Vershicken
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2010
Messages: 36
Moyenne de points: 1,75
Point(s): 63

MessagePosté le: Sam 9 Oct - 16:16 (2010)    Sujet du message: Faim Répondre en citant

Henry fut étonné de la réponse du sans abris. Ainsi donc, cette loque pitoyable qu'il s'apprêtait à sacrifier avait une âme, un reste d'esprit, une dernière braise de conscience et de raison. Henry ne s'en serait jamais douté; Pourtant, cela n'ébranla absolument pas sa résolution de se débarrasser de lui. Nul au monde n'avait d'importance. Ils n'étaient que des robots suivant un programme prédéfini par le carcan de leur société, et les quelques sursauts de raison qu'ils pouvaient laisser transparaître n'étaient que des manifestations d'une conscience collective, assez semblable à celle des fourmis. Et puisque l'on n'accorde guère d'importance aux fourmis, pourquoi donc devraient-on en accorder à ces êtres pitoyables, fragments d'un tout qu'ils ne pouvaient contempler. Seul Henry, se disait-il, était différent. Car lui s'était séparé de sa partie dionysiaque. Il était bon, il était la raison à l'état pur. Enfin presque. Il pouvait encore se manifester dans l'esprit d'Henry et henry n'avait pas encore put Le tuer. Il devait améliorer la formule. Séparer totalement le bien du mal pour pouvoir s'élever au dessus de la race humaine, être raisonnable par excellence guidé uniquement par la réfléxion et débarassé de toutes ses pulsions. Mais en attendant de trouver cette formule, il devait assouvir cette faim de meurtre qui grondait en lui.

- Venez avec moi. Je vis seul, et la solitude est parfois ce qu'il y a de pire. Chez moi, il fait chaud, et l'on est à l'abri de la pluie.

Et Henry sourit d'un air sympathique. Le sourire du diable quand il vous propose un marché.  
_________________
"Non, rien à voir. Je n'ai rien à voir avec toi. Et je refuse de discuter avec toi parce que je ne te ressemble pas, que je ne te ressemblerais jamais."
Et, ayant dit ces mots, Henry écrasa le coussin sur le visage de Marcel et l'étouffa


Revenir en haut
Q-zinzin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Oct 2010
Messages: 42
Moyenne de points: 1,71
Point(s): 72

MessagePosté le: Sam 9 Oct - 17:47 (2010)    Sujet du message: Faim Répondre en citant

Le sans abri lève les yeux vers vous en signe de reconaissance. Une flamme, celle de l'espoir, brille dans ses yeux. Il joint les mains et dit en être pieu:
"Merci, mon Dieu, d'avoir envoyé un être si sain d'esprit !"
Il se lève et vous commencez à marcher, discutant de choses et d'autres, puis vous arrivez chez vous, où vous continuez à discuter.


Revenir en haut
Henry Vershicken
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2010
Messages: 36
Moyenne de points: 1,75
Point(s): 63

MessagePosté le: Sam 9 Oct - 18:48 (2010)    Sujet du message: Faim Répondre en citant

Quiconque aurait connu Henry durant cette période de sa vie aurait secoué la tête à l'idée qu'il puisse être sain d'esprit. Dans son appartement flottait le fantôme d'une femme, à travers les fragrances de son  parfum. Henry se comportait paternellement auprès d'une poupée de près d'un mètre. Et il conversait avec des vêtements féminins posés sur son lit. Enfin, il avait ce que l'on nomme généralement un dédoublement de personnalité. Mais cela faisait longtemps, deux ans, que plus personne ne pouvait se vanter de connaître Henry. Les seules personnes qui entraient dans son appartement étaient des sans abris, comme celui-ci, qui Lui étaient immédiatement sacrifiés. Une fois, entré, Henry montra la salle de bains et dit à son compagnon:
- Allez prendre une douche, cela vous fera du bien. Vous trouverez des vêtements propres. Enfilez les; Puis, venez me rejoindre à table, nous mangerons et discuterons un peu.
Et dans sa tête, Henry L'entendait qui exultait d'envie, impatient, à l'idée de manger. Sauf que pour Lui, ce mot n'avait pas le même sens. Oh! Non. Pour lui, il s'agirait d'une dévoration toute ogresque. Et Il y prendrait beaucoup de plaisir, comme l'être humain peut éprouver du plaisir à mordre dans un bon steak.
_________________
"Non, rien à voir. Je n'ai rien à voir avec toi. Et je refuse de discuter avec toi parce que je ne te ressemble pas, que je ne te ressemblerais jamais."
Et, ayant dit ces mots, Henry écrasa le coussin sur le visage de Marcel et l'étouffa


Revenir en haut
Q-zinzin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Oct 2010
Messages: 42
Moyenne de points: 1,71
Point(s): 72

MessagePosté le: Sam 9 Oct - 19:04 (2010)    Sujet du message: Faim Répondre en citant

L'homme entre dans la salle de bain et se douche, commençant à douter d'une si grande gentillesse. Malgré cela, c'est d'un air serein qu'il vous rejoint à table, mais il sent que l'atmosphère est des plus tendues, voyant son hôte suer comme aucun homme. Il demande, angoissé :
"Vous allez bien ?" 


Revenir en haut
Henry Vershicken
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2010
Messages: 36
Moyenne de points: 1,75
Point(s): 63

MessagePosté le: Sam 9 Oct - 22:08 (2010)    Sujet du message: Faim Répondre en citant

Henry était d'un naturel calme et il avait déjà procédé de cette façon de nombreuses fois auparavant. Pourtant, la sueur dégoulinait sur son visage et son inquiétude était visible. Normalement, le sans abris devrait être dans les vapes à cette heure-ci, vu la quantité de calmants qu'Henry avait mis dans sa nourriture. Alors quoi, que se passait-il. Henry Le vit avec horreur qui prenait place sur une chaise, entre lui et le sdf. Il était calme et souriant:
- Tu n'as rien mis dans sa nourriture, Henry. Tu as cru mettre quelque chose parce que je voulais que tu le crois.
Sans prendre garde à l'autre attablé, henry s'offusqua:
- Mais pourquoi as-tu fait ça?
- je n'aime pas ces sacrifices, Henry. Je ne les aime pas, ne les ai jamais aimé et tu le sais pertinemment. Je ne me plais que dans la chasse, dans le danger et dans la lutte au terme de laquelle je puis soumettre ma proie. Allons, bonne nuit, enry. Fais de doux rêves...
Le sans abris put voir son hôte qui, le visage dégoulinant de sueur, retirait les lunettes de son nez et les reposait sur la table. Puis, l'homme lui sourit, d'un air charmant et satisfait:
- Oui, oui, répondit-il, je vais très bien.
Il dit, puis il prit à pleine main son couteau à la lame pointue qui brilla à la lumière de la lampe, sans se départir de son sourire.  
_________________
"Non, rien à voir. Je n'ai rien à voir avec toi. Et je refuse de discuter avec toi parce que je ne te ressemble pas, que je ne te ressemblerais jamais."
Et, ayant dit ces mots, Henry écrasa le coussin sur le visage de Marcel et l'étouffa


Revenir en haut
Q-zinzin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Oct 2010
Messages: 42
Moyenne de points: 1,71
Point(s): 72

MessagePosté le: Dim 10 Oct - 13:02 (2010)    Sujet du message: Faim Répondre en citant

L'invité ne doute plus sur l'homme assis en face de lui, c'est un fou, un schizophrène. Il se lève et se dirige vers la porte d'entrée. Le sans-abri essaye de l'ouvrir mais en vain. Il voit alors qu'elle est fermée à clé. 

Revenir en haut
Henry Vershicken
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2010
Messages: 36
Moyenne de points: 1,75
Point(s): 63

MessagePosté le: Dim 10 Oct - 16:52 (2010)    Sujet du message: Faim Répondre en citant

Son hôte s'avança vers lui à pas lents, toujours en souriant. Ce n'est même pas un sourire menaçant, sans le couteau qu'il tient à la main on pourrait croire qu'il était simplement content de recevoir un vieil ami. mais voilà, il y avait le couteau. Toujours en souriant, il dit avec une voix brûlante d'émotion contenue:
- On va jouer à un jeu. Je vais fermer les yeux et compter jusqu'à cent. Lorsque je vais les ouvrir, je vais te chercher et essayer de te tuer (tout cela dit sur le ton d'une conversation mondaine entre deux universitaires respectables et respectueux). Tu as tout ce emps pour trouver un moyen de t'échapper ou alors une arme, ou alors une cachette en espérant que, ne te trouvant pas, j'ouvre la porte pour te chercher dehors. mais lorsque je serais arivé à cent, fais moi confiance, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour mettre la main sur toi et te tuer...lentement. Comprendo, mi amor?
_________________
"Non, rien à voir. Je n'ai rien à voir avec toi. Et je refuse de discuter avec toi parce que je ne te ressemble pas, que je ne te ressemblerais jamais."
Et, ayant dit ces mots, Henry écrasa le coussin sur le visage de Marcel et l'étouffa


Revenir en haut
Q-zinzin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Oct 2010
Messages: 42
Moyenne de points: 1,71
Point(s): 72

MessagePosté le: Lun 11 Oct - 18:47 (2010)    Sujet du message: Faim Répondre en citant

La bouche béante de sans abri fait office de réponse. Le plus malheureux dans l'histoire, c'est qu'il se prend au jeu malgré lui, espérant, s'armant de courage et de la force du désespoir pour ouvrir ne serait-ce qu'une fenêtre, mais voilà, son hôte avait tout calculé. Le compte à rebours s'achève, et le sans-abris se cache dans un meuble de la Morgue, la pièce où sont enterrés des tas de cadavres.

Revenir en haut
Henry Vershicken
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2010
Messages: 36
Moyenne de points: 1,75
Point(s): 63

MessagePosté le: Mar 12 Oct - 15:37 (2010)    Sujet du message: Faim Répondre en citant

En effet, Henry avait pour habitude d'enterrer les corps chez lui quelques temps, suffisamment pour qu'ils pourrissent, que les chairs se déchirent et que les os se rétrécisse; Alors, il mélangeait les cadavres aux déchets usuels et allait porter sa poubelle dehors, dans une benne. En attendant, une pièce était devenue la Morgue, pièce dans laquelle Henry jetait les cadavres, pèles mêles les uns sur les autres, les corps des morts étant enterrés sous le monticule toujours grandissant de cadavres. le sans abris tremblait dans l'armoire. Il entendait des bruits dans la maison, des bruits de fouille. Et l'autre, tandis qu'il le cherchait, chantonnait. On aurait dit une comptine pour enfants mais le sans abris était trop apeuré pour la comprendre. Son hôte venait d'entrer dans la pièce, marchant au milieu des cadavres, son pied posé juste à côté d'une main à moitié repliée. Il n'allait pas tarder à découvrir l'homme caché dans l'armoire. Au même instant, le sans abris repéra un os brisé au milieu de la montagne de corps.  
_________________
"Non, rien à voir. Je n'ai rien à voir avec toi. Et je refuse de discuter avec toi parce que je ne te ressemble pas, que je ne te ressemblerais jamais."
Et, ayant dit ces mots, Henry écrasa le coussin sur le visage de Marcel et l'étouffa


Revenir en haut
Q-zinzin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Oct 2010
Messages: 42
Moyenne de points: 1,71
Point(s): 72

MessagePosté le: Mar 12 Oct - 18:37 (2010)    Sujet du message: Faim Répondre en citant

Le sans abri est apeuré, ne sachant quoi faire. S'il sort, il est mort. S'il reste, il meurt aussi. Cet os brisé par terre semblait être son seul espoir tranchant, alors, s'extirpant de sa cachette et prenant l'os à deux mains, il vous menace.

Revenir en haut
Henry Vershicken
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2010
Messages: 36
Moyenne de points: 1,75
Point(s): 63

MessagePosté le: Mer 13 Oct - 14:18 (2010)    Sujet du message: Faim Répondre en citant

Le sans abris levait vers son agresseur son petit os pointu qu'il tenait entre ses deux mains tremblantes, essayant visiblement de se donner un air menaçant. Il le regarda un instant puis rejeta sa tête en arrière et éclata de rire. Il prit l'os dans sa main et l'arracha d'un coup sec à la poigne tremblante du sans abris. A la lace, il y déposa son couteau. le sans abris leva vers Lui des yeux où régnait l'incompréhension. Alors, tout en lui caressant doucement les cheveux, Il lui dit d'une voix calme:
- Tu auras peut-être un peu plus de chances avec ça. Allez, vas-y, essaie; Tu as trois essaies. Si je ne suis pas mort au bout de trois fois, c'est toi qui périras.
Et, out en disant cela, Il ne se départit à aucun moment de son sourire charmeur.
_________________
"Non, rien à voir. Je n'ai rien à voir avec toi. Et je refuse de discuter avec toi parce que je ne te ressemble pas, que je ne te ressemblerais jamais."
Et, ayant dit ces mots, Henry écrasa le coussin sur le visage de Marcel et l'étouffa


Revenir en haut
Q-zinzin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Oct 2010
Messages: 42
Moyenne de points: 1,71
Point(s): 72

MessagePosté le: Mer 13 Oct - 15:00 (2010)    Sujet du message: Faim Répondre en citant

Le pauvre sans abri voulait croire qu'il tenait entre ses mains la clé qui lui permettrait de s'enfuir,et de Le laisser derrière lui. Avec force et vigueur, il asséna un coup dans Son ventre, sans aucun cri poussé. Le sang coulait, mais toujours le sourire de son hôte lui rappelait sa mort prochaine. Un second coup, plus haut sur le corps. Cette fois, l'invité n'en croyait plus ses yeux. Il vivait en mourant cet homme. Le troisième coup partit, et Son corps fut pris d'un frisson. Le sans abri avait-il réussi ?

Revenir en haut
Henry Vershicken
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2010
Messages: 36
Moyenne de points: 1,75
Point(s): 63

MessagePosté le: Mer 13 Oct - 18:32 (2010)    Sujet du message: Faim Répondre en citant

Il baissa les yeux sur sa poitrine, perforée en trois endroits d'où un peu de sang coula. Il passa son doigts sous l'une des fentes et recueillit le liquide écarlate qu'il porta à sa bouche. Là, il se mit à suçoter son propre sang avec un air de plaisir ravi; Puis, il se remit à sourire, dévoilant des dents teintées de rouge:
Perdu, énonça-t-il.
Il cassa le bras du sang abris, avec une force telle que l'on put entendre l'os se rompre et récupéra son couteau. Puis, il trancha la gorge de sa victime et le regarda s'effondrer sur le sol. 
_________________
"Non, rien à voir. Je n'ai rien à voir avec toi. Et je refuse de discuter avec toi parce que je ne te ressemble pas, que je ne te ressemblerais jamais."
Et, ayant dit ces mots, Henry écrasa le coussin sur le visage de Marcel et l'étouffa


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:33 (2018)    Sujet du message: Faim

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hidden World Index du Forum -> Le RP -> Europe Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com